Les coulisses de La cagette locale

Comment ça se passe concrètement, quand vous commandez chez La cagette locale ?

Quelles sont les différentes étapes qui font passer cette pomme de terre du champ à votre assiette ?

On vous explique tout !

Lundi, 14h13. Vous commandez sur lacagettelocale.fr 8 yaourts fermiers, 500 g de fromage à raclette et 1 kg de pommes de terre. Livraison prévue le jeudi. Vous ne le savez peut-être pas, mais de la vache à votre frigo et du champ à votre assiette, il y a moins de 30 km.

Mon défi, c’est ça : vous fournir des produits de qualité, en circuit court.

Dès que vous validez votre commande, une notification m’en informe.

Mardi matin, les producteurs reçoivent un mail avec la liste des produits que je viendrai chercher le lendemain. Chacun récolte, cueille, coupe, prépare les produits commandés.

Le mardi soir, je prépare moi aussi ma tournée du lendemain, en imprimant les différents bons de livraison de mes clients. Ensuite, un logiciel me permet d’optimiser ma tournée : en fonction des adresses et des créneaux choisis (14h-17h ou 17h-20h en semaine), il me calcule l’itinéraire le plus rapide et le plus écologique !

Mercredi, 8h. Comme tous les jours du mardi au samedi, je commence ma tournée des producteurs par le volailler. Chez lui, je récupère de la viande fraîchement préparée, mais aussi certains plats traiteurs cuisinés sur place comme des lasagnes, des nuggets, des quiches, des tourtes ou des fleischnecke.

Ensuite, direction le fromager. Fromages frais aromatisés, tommes, munsters ou encore fromages à raclette… plus d’une quarantaine de produits sont proposés à la vente. Là aussi, fraîcheur garantie : il n’est pas rare que je le trouve avec sa meule, en train de finir de couper les parts de fromage devant moi !

Puis c’est au tour du producteur de fruits. Selon la saison, je récupère des pommes, des poires, des mirabelles, des framboises, des cerises… Avec La cagette locale, inutile de chercher des fraises en hiver : vous n’en trouverez pas !

Je vais ensuite chez le producteur laitier pour aller chercher lait, yaourts, flans, crème fraîche et fromage blanc. Au passage, je ne manque pas de saluer celles qu’il nomme affectueusement ses « fidèles collaboratrices » : ses vaches !

Je finis ma tournée par le maraîcher. Je le retrouve directement dans son hangar, là où il trie et nettoie ses produits : je récupère vos pommes de terre, salades et poireaux au pied du champ ! Difficile de faire plus frais…

Le prix à payer pour cette fraîcheur ? Une camionnette crottée par le chemin de terre qui mène au hangar, malgré mes nombreux efforts pour la garder propre !

10h30, c’est la fin de ma tournée ! De retour chez moi, je prépare soigneusement toutes les commandes de la journée dans un local dédié. C’est l’étape la plus longue du processus. Je pèse, je trie, j’assemble… 1 kg de carottes par-ci, un fromage par-là ! En plus des produits frais que j’ai récupérés le matin (ils représentent 80% du volume des commandes), j’ai aussi en stock des références d’épicerie issues de producteurs locaux : pâtes, jus, bières, miels, confitures, sauces…

Une fois que les commandes sont prêtes, je les répartis dans des cagettes (locales, bien sûr 😉) ou des sacs en papier kraft. Je les charge à l’arrière de ma camionnette. J’ai un caisson réfrigéré pour les produits extra-frais (viande, yaourt, fromage, …).

Puis c’est le début des livraisons. De 14h à 20h en semaine, de 10h à 16h le samedi. Je peux livrer plus d’une vingtaine de personnes par jour. Aller à la rencontre de mes clients, c’est toujours un plaisir : il y a les habitués qu’on voit chaque semaine, les occasionnels, les nouveaux, ceux qui passent leur première commande « pour découvrir »… Tous sont heureux de me voir arriver, les bras chargés de ma cagette de produits frais. Pour les plus fidèles, je fais désormais partie de leur routine ! Je reçois énormément de retours positifs, d’encouragements, de remerciements. De quoi être boosté pour toute l’après-midi !

18h, 19h ou 20h… selon le volume de livraisons. C’est la fin de la journée ! Enfin, presque. Il ne me reste plus qu’à imprimer mes bons de commande et à optimiser mon trajet pour mes livraisons du lendemain.

Partager l'article
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Les derniers articles sur le même thème

Nos produits

Découvrez tous les produits de la boutique